Accompagnement éditorial pour autrices de romance
Je vous aide à écrire vos plus belles histoires d'amour.
C'est parti !
Fourni par Blogger.

Quelle responsabilité pour l'autrice de romance ?

Dans mon live de mardi dernier, où je parlais consentement et protection, j'ai mentionné la responsabilité de l'autrice de romance.

Pour beaucoup, ce n'est pas juste de demander au genre d'éduquer ses lectrices (on n'est pas profs, on est d'accord), alors qu'on ne demande pas la même chose pour les autres genres.


J'ai donné l'exemple de la littérature noire où les comportements déviants sont pas mal mis au centre de l'intrigue et personne ne dit « attention, le cannibalisme / le meurtre / le viol, c'est mal ».

On n'a pas forcément à le faire (genre, si on en lit, on sait à quoi s'attendre, a priori) parce que l'histoire même gérera les conséquences (traque ? prison ? justice ? vengeance ?).


En vrai, la responsabilité n'est pas un cours sur l'éducation sexuelle, mais plutôt montrer les conséquences de certains actes : il n'y a pas que la grossesse après une relation sexuelle (hétéro) sans protection, il y a également des maladies et des infections.

Si on pouvait porter plainte à cause d'un comportement en particulier du héros, c'est que c'est un abus, c'est toxique, ce n'est pas romantique, ce n'est pas sexy.


La responsabilité, à mon sens, de l'autrice de romance n'est pas forcément d'écrire des avertissements, d'ajouter un cours d'éducation sexuelle ou de droit pénal dans l'histoire, mais de montrer que tout n'est pas permis en amour et que l'expression « qui aime bien châtie bien » devrait être relayée aux oubliettes.

Dans un donjon bien profond...

Contact

Luanda • Lisbonne • Paris
@accompagnementeditorial
@accompagnementeditorial
Du mardi au samedi (de 15 h à 22 h)

Formulaire de contact

Nom

E-mail

Message

© Jo Ann von Haff 2021